Historique et Légende de la Tête d’Or

L’histoire se situe en 1856 et 1857, dates de la création et de la première ouverture aux lyonnais du parc. A cette époque, le Rhône inondait régulièrement les terrains qui l’entouraient, puis tout rentrait ensuite dans l’ordre. La ville de Lyon décida, à la suite du projet de parc public présenté par le préfet Vaïsse, de devenir propriétaire du domaine de la Tête d’Or.

Il faut savoir qu’à ce moment là, Lyon connaissait des périodes houleuses. En effet, par deux fois, en 1831 et 1834, les Canuts s’étaient révoltés à cause des mauvaises conditions de travail dans la soierie et du chômage relatif à ce secteur d’activité. Aveuglés par la pauvreté et la misère, ces travailleurs désoeuvrés devaient être canalisés pour éviter d’autres débordements plus importants. Le projet de la ville arrivait donc à point nommé. Les soyeux-chômeurs constituaient une main d’oeuvre interessante, permettant d’apaiser les esprits, d’éviter les émeutes sanglantes, et aussi d’apporter un pécule supplémentaire aux familles de canuts. Mobilisés pour la création du lac dans le parc, les Canuts se munirent de pelles, de pioches, brouettes……………, tout en gardant espoir de trouver un jour, le fameux trésor du domaine de la Tête d’Or. C’est en tout 900 000 m3 de terre qui ont été déblayés, pour servir ensuite à l’édification de digues sur les quais du Rhône.

Pourtant une légende perdure au sein de la communauté de tisseurs lyonnais. Certains racontent qu’après avoir longtemps déblayé, remblayé, nivelé et même creusé ce terrain sur plusieurs mètres de profond (et sur une surface de 12 hectares pour aménager des massifs et autres lieux de plantations), la pelle d’un Canut aurait rencontré un obstacle résistant. En enlevant la terre excédante, l’homme vit apparaître, comme en rêve, la tête de Christ en or. Ne pouvant cacher bien longtemps sa découverte aux yeux de ses compatriotes, ils ne tardèrent pas à se quereller au sujet du partage du précieux butin. Ne voulant partager, les Canuts s’empoignèrent devant le visage impassible de la Tête d’Or. Face à ce triste spectacle, la légende veut que ce Christ se mît à pleurer en voyant comme sa simple présence semait le trouble chez ces travailleurs. Une larme coula le long de son visage puis tomba sur la terre de la vaste étendue creusée par les tisseurs lyonnais, pour se transformer en gigantesque lac.

La montée des eaux fut telle qu’elle engloutit à jamais la tête du Christ sous le regard médusé des ouvriers. Selon cette légende, c’est ainsi que naquit le lac de la Tête d’Or.

On sait qu’un réalité, après des fouilles approfondies, le domaine ne livra jamais son secret.

Source http://www.jardin-botanique-lyon.com/jbot/

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :